affiche-rentrée-cinéclub.jpg

Rentrée 2020 du Ciné-Club Ecran 2 Valenciennes

Culturelle ,  Cinéma ,  Animation locale à Marly
  • Découvrez le 1er programme de la 28ème saison du ciné-club placée sous le signe de l’ouverture et de la conquête de nouveaux horizons.

    Avec au programme :

    - Dark Waters (mardi 1/9) : solide et documenté, efficace et haletant, édifiant et militant, un film-dossier avec Mark Ruffalo par Todd Haynes, le réalisateur de Velvet Goldmine, Loin du paradis et Carol. Pour les amateurs de Révélations et Erin Brockovich.
    - Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du...
    Découvrez le 1er programme de la 28ème saison du ciné-club placée sous le signe de l’ouverture et de la conquête de nouveaux horizons.

    Avec au programme :

    - Dark Waters (mardi 1/9) : solide et documenté, efficace et haletant, édifiant et militant, un film-dossier avec Mark Ruffalo par Todd Haynes, le réalisateur de Velvet Goldmine, Loin du paradis et Carol. Pour les amateurs de Révélations et Erin Brockovich.
    - Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes (jeudi 3/9) : portrait intimiste touchant et sans fard d’un jeune agriculteur signé Rodolphe Marconi, dans la lignée de Petit paysan de Hubert Charuel ou Au nom de la terre d’Édouard Bergeon.
    - Un fils (mardi 8/9) : remarquable premier film de Mehdi M. Barsoui où le mélo bifurque vers le thriller, dans une Tunisie corrompue et complètement déboussolée, porté par la puissance d’émotion de Sami Bouajila en père aux abois.
    - La Communion (jeudi 10/9) : brûlot politique fascinant et habité de Jan Komasa qui atteste de la vitalité d’un cinéma polonais touché, comme son héros ambivalent, par la grâce.
    - Deux (mardi 15/9) : bouleversante histoire d’amour entre deux retraitées interprétées par Barbara Sukowa et Martine Chevallier dans les yeux desquelles passe un cortège d’émotions. L’épatante Léa Drucker complète la distribution de ce mélo pudique, sensible et délicat réalisé par Filippo Meneghetti.

    Ensuite les premiers incontournables sortis depuis la réouverture des cinémas :
    - L’Ombre de Staline (jeudi 17/9) : film classique mais passionnant entre thriller, film d’espionnage et témoignage mémoriel où la réalisatrice Agnieszka Holland revient sur ce crime contre l’humanité et la propagande négationniste de Staline. (Sélection Compétition Fictions Festival 2 Cinéma de Valenciennes 2020)
    - Canción sin nombre (mardi 22/9) : premier film de Melina Léon d’une grande beauté, à la fois subtil, âpre, prenant et sophistiqué sur un sujet grave - les vols de nouveaux nés au Pérou - et la fragilité des opprimés.
    - Madre (jeudi 24/9) : récit troublant et émouvant d’un difficile et beau retour par Rodrigo Sorogoyen (Que Dios Nos Perdone, El Reino) qui, après une ouverture virtuose, passe du thriller à un film plus intimiste et aborde avec tact les sujets ardus du deuil d’un enfant et du transfert affectif.
    - The King of Staten Island (mardi 29/9) : nouvel opus de Judd Apatow (40 ans, toujours puceau et En cloque mode d’emploi) fortement inspiré de la vie de son acteur principal Pete Davidson (Saturday Night Live) : celle d’un adulescent mal dans sa peau et dans sa tête. Entre rire et émotion, cette chronique bien écrite attachante, au ton doux amer et singulier, aborde avec sensibilité le travail de deuil et le passage à l’âge adulte.

    Suivi des œuvres art et essai sorties jusqu’ici, de Benni de Nora Fingscheidt (film coup de poing qui devait clôturer la Compétition Fictions du Festival 2 Cinéma de Valenciennes) à La Femme des steppes, le flic et l’œuf de Wang Quanan, en passant par Été 85 de François Ozon, tout en accordant une place privilégiée aux films marquants de la rentrée.

    Vous découvrirez le détail de tout cela dans le programme en pièce jointe et sur le site internet indiqué.
    https://ecran2valenciennes.fr/
  • Tarifs
  • Tarif de base
    À partir de 6 €